Pourquoi j'ai quitté la GLNF : Arthur

Publié le par Le Myosotis libre

Très Chers Frères,

 

Le caractère pessimiste de ce message pourrait valoir à celui-ci de ne pas être publié sur ce blog. Mais même en ce cas j'aurais au moins eu le sentiment de libérer ma conscience. Car en définitive je doute qu'il y ait la moindre solution pérenne aux désordres de la GLNF à court ou moyen terme, voire à long terme.

 

En effet le recrutement intensif pratiqué depuis de nombreuses années a eu pour résultat de structurer la GLNF de quantités d'individus qui sont restés profanes après une initiation de pure forme. Une hiérarchie profane s'est ainsi installée et des ambitions profanes se sont imposées dans notre univers initiatique, privilégiant notamment l'élitisme social et les "affaires". Le mal est maintenant bien trop profond. C'est un cancer d'origine égotique qui s'enracine dans la nature humaine. Autour de soi on observe avec tristesse les soifs d'honneurs et de pouvoirs de pseudo-Frère, certes souvent très fraternels et de surcroît riches d'une culture maçonnique certaine même si elle n'est qu'intellectuelle, mais qui pourtant s'habillent indûment de vertus dans le seul souci secret de progresser dans les grades et fonctions. Le chemin initiatique n'est alors pour eux qu'un parcours vers les sièges les plus en vue à l'Orient. La spiritualité qui devrait être la marque de notre Ordre n'est plus pour eux qu'un alibi dissimulant leurs Orgueil, Egoïsme et Ambition.

 

Et comme la GNLF constitue la source du recrutement des Hauts Grades, on peut hélas également craindre que ces degrés élevés ne souffrent eux aussi durablement de sournoises métastases. On y retrouve ainsi les mêmes déviances, cependant mieux masquées par des Frères plus évolués, plus habiles dans le "savoir se faire valoir" sans y paraître. Ici les bonnets blancs soulignés d'or des Très Illustres Frères excitent tout autant les appétits que les tabliers bleus chamarrés d'or des Très Respectables Frères, l'idéal étant bien sûr de porter les deux.

 

Le problème est donc insoluble car tous ces pseudo-Frères ne sont pas du tout prêts à quitter le fromage qui les nourrit, les décors qui les flattent et les Orients où ils peuvent se pavaner. Il faudra énormément de temps pour purger efficacement cette Maçonnerie malsaine.

 

Pour l'avenir il en résulte alors deux scénarii  possibles :

 

1 /  La plupart des Grands Officiers, (et ceux qui espèrent le devenir même s'ils proclament hypocritement le contraire), font l'autruche, jouent les sourds, pratiquent la langue de bois ou un double langage. Le Grand Maître obtient alors sans peine gain de cause dans toutes ses prétentions y compris les plus illégitimes. En ce cas la contestation avorte même si elle est pleinement justifiée. Les Frères les plus sincères démissionnent de guerre lasse. Tout reprend comme avant, en pire.

 

2 /  Ces Frères purs et sincères réussissent à faire valoir tant le droit civil que l'orthodoxie maçonnique et le Grand Maître est contraint enfin de démissionner ainsi que quelques fidèles parmi les plus compromis ou les plus fanatiques. En ce cas, l'importante structure polluée de l'Institution n'ayant cependant pas été assainie, la grande majorité des pseudo-Frères restant en place, aucun changement statutaire ou re-fondation ne saura réellement s'opposer à ce très vite tout recommence comme si rien n'avait été fait. "Chassez le naturel, il revient au galop".

 

Dans les deux cas il n'y a guère d'espoir. Personnellement, après 30 ans de Maçonnerie et d'enthousiasme à vivre celle-ci, j'ai jeté l'éponge. Ma réflexion a basculé pour la première fois en entendant les vociférations hystériques et scatologiques de notre Grand Maître du 4 décembre 2009. Tout a changé aussi quand j'ai entendu les anathèmes juridico-judiciaires que des Frères désormais ennemis se sont haineusement lancés à la tête. Enfin mon opinion fut scellée lorsque je me suis rendu compte que j'étais environné par ces pseudo-Frères à l'égo hypertrophié, rongés d'ambitions. J'ai réalisé soudain qu'il me serait dorénavant très difficile de regarder dans les yeux un certain nombre d'entre eux. Alors, "je demande à Dieu pardon" et quitte avec douleur ce corps malade car je serais sûrement mort bien avant qu'il ne soit purgé de ses pestilences, malgré toute la bonne volonté des éléments purs qui espèrent encore et dont malgré tout j'admire le courage.

 

Arthur.

Commenter cet article

AUZANNEAU 28/12/2010 21:38



TCF et BAF,


Pour moi, l'analyse d'Arthur est juste; comment peut-on être sur d'avoir coupé toutes les têtes de l'hydre; personnellement j'ai fait le choix de démissionner car je ne pense pas qu'il puisse y
avoir d'issue heureuse à appartenir à une obédience soit disant régulière; la régularité se trouve dans notre comportement et combien de fois au cours de mes voyages avec mon sac à dos, j'ai
découvert des frères, heureux que je me sois dévoilé à eux et nous n'avons jamais parlé de régularité;pour moi, leur sourire et leur amitié m'a suffit et cela devrair suffir à former cette chaine
d'union mondiale contre la faim, la maladie et la misère...


je souhaiterai retrouver une loge libre dans le Poitou, pas trop loin de POITIERS;


amitiés fraternelles à tous


Un éternel apprenti de la Basse Marche



Olivier M. 09/09/2010 19:29






M.°.T.°.C.°F.°. Mon passage à la GLNF et ma sortie.


 


Des frères Ambertois sont venus nous chercher J. Pierre et moi même dans une petite
loge de Lyon, régularisation à la GLNF en Octobre 2002 dans une loge au REAA.


 


Nous n’avons pas rejoint la loge  des
Ambertois


(Je pense que cela fut une erreur du début  car étant Ambertois nous étions voisins et prés d’eux et loin de  ces frères dans notre loge à Romagnat  avec des Clermontois)


La  1 ère année à  la GLNF, nous faisions des réunions entre Ambertois très fraternelles sous la direction de leur V.°. M.°. qui est malheureusement décédé, nous nous rendions des
visites.


Puis, plus rien ; certains sont restés très fraternels quand nous les  rencontrons dans la rue ou à d’autres occasions avec le respect que chacun se doit.


Nous continuons notre parcours  maçonnique
avec  assiduité  (comme  disaient  nos frères Clermontois « Tiens les Ambertois sont toujours là et même par temps hivernal, et même en avance pour mettre le temple en place) M.°.M.°. Nous
rentrons dans le circuit des officiers de l’atelier retroussant nos manches dans notre loge au REAA à Romagnat à la GLNF.  En 2008 et 2009 nous
tournons en rond             (exemple  je suis
resté 3 ans M.°. des  C. °.)  Nous  voyons passer devant
nous des frères entrés bien après nous, des élites du monde profane gros carnet d’adresses, bardé de diplômes. Ils ne vont pas se salir les mains eux ! Ils vont être à des postes
clefs  plus prêt du vénérala que nous ! Pour ma part je n’étais pas pressé mais tout travail mérite salaire.


Nous, petit prolétaire  continuons notre
parcours, jusqu'à la maladie et le problème de santé de notre frère  J. Pierre. Là tout bascule les seules visites que  J. Pierre a eu pendant ces problèmes sont deux frères un qui était chirurgien et moi même, est ce cela la compassion et la fraternité !!!!


* Suite à ces problèmes, il revient dans la loge à sa demande, il était à
nouveau prêt  à se réinvestir et prendre de nouvelles responsabilités. On ne lui a rien proposé jusqu’à l’ignorer !


Avril 2009,  nous envoyons
notre lettre de démission à notre atelier, après cet envoi je visite un atelier du GO pour, peut être les rejoindre étant démissionnaire.


Quelques semaines après, 
les choses bougent : détraction, mail, coups de téléphone…


Moi même, j’ai envoyé ma lettre à plusieurs frères par Mail erreur de ma
part.  Suite à toutes ces détractions et les démarches de notre T.°.R.°.F.°. Pierre notre parrain pour que nous restions, J P V démissionne moi
j’accepte, mais  refuse le poste qu’on me propose  ce n’était pas ma priorité. Je me rend à la
tenue  de Septembre 2009 sans s’avoir encore que je n’étais plus à GLNF.


Un frère ayant reçu ma première lettre  par mail, lui même T.°.R.°.F.°. haut grade, avec tout le respect que je lui dois, à pris l’initiative de l’envoyer à Paris et de me rayer de la GLNF. Tout ca
sans informer le V.°.M.°. de ma loge qui m’avait récupéré de justesse, il n’avait pas envoyé ma lettre à Paris et ne l’avait pas lu en loge comme il se doit de le faire, pour JPV sa lettre est
lue dans la loge comme convenu, et notifier dans le rapport .


 


Je rejoins une petite Obédience nommé


ci-dessous


A la GLRF dans notre loge Arverni N°15 des  T.°.R.°.F.°. et R.°.F.°. de tout grades, étant toujours à la GLNF nous visites. Même dernièrement des frères du rite standard d’Ecosse
 et même de Castrum de Gui ! Cause
connue la GLNF et en rupture, c’est la guerre des chefs avec leurs dernière empoignades à Paris nos T.°.R.°.F.°. et T.°.R.°. G.°.M.°. ne montrent pas l’exemple quand tu vois  qu’ils veulent nous faires la morale ce n’est pas fini, c’est leurs problèm



Le Myosotis libre 09/09/2010 20:44


Je connais la GLRF !!! tu aurais mieux fait de rester à la GLNF fraternellement Victor


moulin 05/09/2010 10:14



Comment avez vous pu vous laisser berner par ces manipulateurs?


Définition de la franc -maçonnerie par un ex franc maçon:une multitude d'imbéciles manipulés par une bande de salopards(Stifani n'est qu'un petit échantillon de cette pègre)Les autres sont en
autres les Rotscild,les Rockfeller,les Bush,famille royale d'Angleterre,famille royale de Bavière etc...,dont la croyance est Lucifer,le grand architecte(on a fait mieux comme référence)



CORTO 17/08/2010 10:24


Tout est dit dans ton commentaire. Je partage entièrement ta vision des choses et, en particulier celle sur le Suprême Conseil. Bien fraternellement à toi. Corto.


ROYON 29/07/2010 10:58


« Les Francs-Maçons ne doivent admettre dans leurs Loges, que des hommes majeurs de réputation parfaite"