Le choix des Myosotis libres ... pourquoi nous sommes partis

Publié le par Le Myosotis libre

 « N’imaginez jamais que la guerre, si nécessaire et justifiée soit-elle, n’est pas un crime. » Ernest Hemingway

 

La porte à laquelle nous avions frappé, pour manifester notre désir d’être reçu Maçon, devait nous ouvrir sur un lieu de fraternité, d’harmonie et de lumière. Ce lieu composé d’hommes libres et de bonnes mœurs, ayant accepté de déposer à l’extérieur leurs métaux, afin de créer, avec l’aide du Grand Architecte, un espace-temps sacré, instant d’apesanteur au parfum  d’éternité. Ce lieu où s’assemblent des êtres imparfaits, désireux de perfectionnement par la découverte sensible du sens de la création, et par leur contribution personnelle à restaurer dans chaque geste et par chaque attitude, ce supplément d’âme qui fait la joie des cœurs et la force de ceux qui suivent le cheminement initiatique sur lequel la Maçonnerie les a un jour de lumière guidé dans leurs premiers pas.

 

Lorsque la liberté de s’épanouir est bousculée par l’ordre autocratique, lorsque l’amour fraternel est remplacé par des luttes fratricides, lorsque l’humilité du Cherchant est écornée par les démonstrations d’opulence, de manipulation et d’intolérance, alimentées et orchestrées par un Chef Spirituel auto-proclamé, attaché à ses prérogatives comme tout sociopathe charismatique, le Devoir du Maçon est de comprendre que la spirale est infernale, que rester dans sa tourmente consiste à l’alimenter, que l’heure à sonné de faire preuve de clairvoyance et de détermination en sortant de l’impasse. Ce que nous avons tous fait, sans joie mais sans regret !

 

Les Loges Libres et Souveraines au centre de la Tradition maçonnique.

 

« Là où deux ou trois sont assemblés en mon Nom, Je suis là au milieu d’eux. »

Evangile selon saint Jean

 

En France, comme en Angleterre, l’histoire de la tradition maçonnique rapporte la vie de Loges indépendantes, dites Loges de saint Jean. Elles constituent le point central de la démarche initiatique. Le point est définit par Euclide comme « ce qui n’a pas de parties ». La Loge n’en a pas non plus lorsqu’elle se réunit, car les Frères qui forment Loge, constituent à ce moment une chaîne qui ne se rompt que volontairement, à l’issue des travaux de table. Le Rite Français en conserve l’esprit, qui ne formait cette Chaîne d’Union que lors de la septième et dernière santé, au moment de se quitter, pour passer du point géométrique au Cercle, et quitter la Loge pour retrouver individuellement le chantier de construction du Temple, au sein de l’humanité.

 

La ligne droite représente une longueur sans largeur. Selon la définition proposée par le Manuel de Géométrie Sacrée des Editions Télètes, elle « est le symbole de la manifestation, dans une direction quelconque contenue, en puissance, dans le point. » La Loge dispose donc d’une infinité de possibilités de manifestation. Chacune fait ses choix à l’unanimité puis les porte fièrement, comme sa participation au rayonnement de l’Etoile Flamboyante. Chacune sait qu’elle est un Centre de l’Union mais qu’il en existe tant d’autres qui, comme elle, participent à la tradition initiatique.

 

La Voie Substituée

 

« Nul n’entre ici, s’il n’est géomètre. »

Pythagore

 

Dans l’esprit d’une autre figure géométrique : le cercle, des Loges ont donc naturellement un jour souhaité assembler leurs lumières respectives. Des Grandes Loges sont ainsi nées, avec pour objet de permettre à chacune des Loges qui en devenait membre, de s’enrichir de l’expérience vivante et authentique des autres. Le principe de l’échange entre Loges Souveraines était attrayant et s’est rapidement développé… mais aussi dévoyé.

 

L’obédience, qui n’aurait dû rester qu’une réunion de moyens, a troqué sa fonction de service de liaison, pour endosser, soit celle de société de pensée, destinée à entrer de plain pied dans la société pour la réformer et lui apporter la contribution active de ses adhérents, soit de secte, destinée à éclairer le monde et ses dirigeants, au nom de sa vocation spirituelle universelle, sur leur conduite à tenir dans l’administration et la direction des Etats, avec l’aide attentive de ses adeptes.

Deux rives, pour une même dérive et une même irrégularité initiatique, par rapport à l’Esprit de Vérité ! « Depuis les jours de Jean le Baptiste jusqu'à présent le Royaume des Cieux souffre violence, et des violents s'en emparent. » Evangile selon saint Matthieu.

 

Le Retour à la Tradition

 

« Le Royaume des Cieux est en vous. »

Léon Tolstoï

 

La conjonction de la Loge, point de référence dans l’instant où elle se forme, et du Rite, tradition ancestrale du Principe créateur et de l’Ordonnancement du monde, lorsque l’Amour règne parmi les hommes, permet le déroulement du processus initiatique, pour autant que le récipiendaire soit effectivement désireux de s’y insérer et prêt à accepter le renoncement aux pulsions de son Ego.

 

Ces Loges existent et accueillent avec prudence mais beaucoup de chaleur. Nous avons commencé à vous transmettre quelques marques du rayonnement des unes et des autres. Là sont conservés les battements de la Tradition. Frappez en Maçon libéré des œillères obédientielles, en Cherchant sincère et ouvert, en Frère.

L’heure n’est plus à la collaboration ni à la pseudo-résistance mais au retour à la tradition initiatique qui se situe dans un autre monde que nous vous souhaitons de découvrire.

 

A bientôt, mon Très Cher Frère, au cœur de la Maçonnerie de Tradition, dans une Loge de saint Jean.

 

Le bouquet fleuri des Myosotis libres, des Loges Libres et Souveraines, et des Maçons de saint Jean

  

 

 

 

Commenter cet article