Porte claquée et porte ouverte

Publié le par Le Myosotis sauvage

 

Un grand merci au Myosotis sauvage, pour permettre de s’exprimer à ceux qui ont claqué la porte des Loges de la GLNF, dès lors qu’elles ne remplissaient plus leur fonction initiatique.

 

Voici les termes dans lesquels j’ai rédigé ma lettre de démission, il y a bientôt un an. Ils résonnent en parfaite harmonie avec l’expression de ceux qui ont su se faire entendre, ces derniers mois, de l’intérieur. J’ai donc apporté mon entier soutien et mon adhésion à l’association FMR, souhaitant qu’elle puisse, d’une manière ou d’une autre, me permettre un retour prochain parmi mes FF., au sein de Loges redevenues justes et parfaites :

 

« J’ai, en son temps, défendu de ma plume et de ma foi l’honneur de la Maçonnerie, injustement attaqué de l’extérieur. Aujourd’hui j’estime devoir reprendre la parole et l’écriture pour dénoncer les déviations qui s’accumulent au sein de notre confrérie dont les finalités originelles ont été vidées de toute substance, par le choix de privilégier le développement numérique par rapport aux exigences d’un parcours initiatique, d’asservir une démarche personnelle à toujours plus d’exigences collectives superfétatoires, de draper l’organisation temporelle de l’obédience dans un apparat pompeux, qui ne saurait masquer l’indigence de ses acteurs en matière d’accueil de ses frères humains.

 

Le port de la chaîne par la hiérarchie résume d’ailleurs trop bien le sens d’une évolution qui n’est pas celle pour laquelle j’ai frappé le 21 juin 1982 à la porte de la Loge qui m’a reçu Maçon. Ni la Grande Loge des Modernes de 1717, ni le Rite Français qui en fut la continuité directe au sein de la Maçonnerie française, n’ont préconisé de mettre en avant le besoin de centraliser toujours plus de ressources, n’ont fait passer la vie des Loges après celle de la Grande Loge, n’ont considéré la position hiérarchique au sein de l’obédience, comme symbole d’avancement dans le cheminement initiatique.

 

Le Rite Français n’est pas mort de son ébullition naturelle ni de la Révolution française mais de l’asservissement de la Maçonnerie voulu par l’Empire.

 

Ayant, depuis que je suis Compagnon, reçu toute liberté d’aller d’un chantier à l’autre, selon les besoins de mes F.F. et le sens de ma propre progression, je me retire de la G.L.N.F. dont je ne reconnais plus l’esprit d’humilité, de quête et de fraternité qui m’avait séduit…

 

Bien des petits chefs ont, par leur vanité, leur turpitude ou leur irresponsabilité, finit de me convaincre de prendre le large et de tenter de retrouver ailleurs l’esprit de la Maçonnerie, dont je reste persuadé qu’il peut régner, là où le temporel ne prend pas le pas sur le spirituel mais reste à son service…

 

La déviance actuelle vient de la multiplication des signes extérieurs de reconnaissance, dont on attend qu’ils soutiennent l’équilibre fragile d’un édifice pléthorique, en lieu et place de l’instruction et la formation qui devraient être transmises aux ouvriers du chantier. L’élan vers la carotte comme moteur d’une démarche initiatique ! Une méthode qui ne satisfait très temporairement que ceux qui devraient nous quitter, et qui fait partir des F.F. estimables, discrets et sincères.

 

A ce saupoudrage déplacé de titres, médailles, fonctions, dorures, s’ajoute une erreur fatale et éminemment toxique pour la vie des Loges : l’obligation réglementaire du port des tabliers bleus dans son propre atelier, où seul le tablier de travail de son grade devrait être de rigueur, afin de préserver l’harmonie naturelle des tenues.

 

Troisième cause de perdition, toute aussi profonde : le poids exorbitant de la gestion administrative et financière qui empêche trop de Frères, logiquement occupés par ailleurs du fait de leurs tâches familiales et professionnelles, d’occuper des postes de responsabilité au sein de l’obédience, lesquels sont donc le lot de tant de parasites incultes, imbus du vent qu’ils brassent et inconscient du mal qu’ils font…

 

Aujourd’hui je fais le constat qu’à vouloir trop largement embrasser, l’obédience ne retient plus ceux qui souhaitaient la servir ; qu’à vouloir tout régenter, son pouvoir temporel ne laisse plus de place à l’épanouissement du travail des Loges ; que ceux qui n’attendent d’une tenue que le partage fraternel d’un moment d’apesanteur, d’espoir et de lumière, passent pour de doux rêveurs, alors qu’ils devraient être nos seules légions… »

 

J’apporte donc aujourd’hui très logiquement mon entier concours à la réflexion qui embrase toute les Provinces, à défaut de pouvoir être prise en charge par ceux dont ce devrait être la fonction ! Poursuivons ensemble notre quête d’un futur proche et d’une Fraternité retrouvée, forts de l’affirmation de Condorcet : « La vérité appartient à ceux qui la cherchent et non point à ceux qui prétendent la détenir. »

 

Nous nous reconnaissons pour Frères, quelque aient été nos choix individuels et le moment du ressentit de l’inacceptable. Nous n’acceptons aucun gourou pour guider notre quête personnelle. Nous ne reconnaissons pas comme Maçon François Stifani, administrateur et président de l’association G.L.N.F. dont il ignore les principes fondateurs, la vocation spirituelle et la discrétion naturelle. Nous contestons la gestion administrative et financière du conseil d’administration ainsi que les modes de désignation des dirigeants d’une association loi de 1901 qui doit être aujourd’hui considérée comme une secte.

 

A très bientôt sur les chantiers qui nous sont chers, pour des moments de vrai bonheur que ne connaissent que ceux qui sont venus pour cultiver l’amour fraternel, non flatter les rondeurs surdimensionnées de leur ego !

 

Hervé Vigier, O. de Perpignan

 

 

 

Commenter cet article

Victor Hugo 23/02/2010 15:22



Merci à toi Jéroboam de ce beau compliment qui me touche énormément. Donner de l'espérance à son Frère est la plus belle chose à laquelle on puisse aspirer. Aujourd'hui la coupe d'amertume,
demain
la grande joie de nous retrouver ensemble... Transmets mon affection fraternelle autour de toi et à bientôt dans le pays où coule le miel... et le champagne !
Hervé



diabolo49 23/02/2010 10:59


Prémonitoire ou réalisme avant la lettre???!!! Tu pourras bientot venir nous retrouver dans l'harmonie à laquelle tu aspirais.


Victor Hugo 23/02/2010 15:04


Les voies su Seigneur sont impénétrables ......

Victor Hugo


jeroboam 22/02/2010 22:54



Hervé mon Frère,


je te salue et suis heureux de te trouver ici. Pour le moment je suis dans la clandestinité avec mes amis comme aux temps sombres que nos pères ont connu. Te savoir ici nous donne l'espérance que
tu as toujours su communiquer.


il n'y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas... et encore...


 


                                                       
jeroboam & les autres


 


 


 



Thomas Dalet 22/02/2010 20:04


Ce Myosotis est une excellente idée.Félicitations Victor.Nous les "ex GLNF" avont aussi notre mot à dire . J'ai créé une page Facebook "Les Myosotis" et ton blog y est en bonne place.
Frat
Thomas


Victor Hugo 22/02/2010 20:08


Quelle gentillesse ! Merci Thomas.

Très frtaernellement

Victor Hugo


LeplusLemoins 22/02/2010 18:42


En cherchant quelques informations sur l'A:.R:. j'ai découvert ce blog. Notre G.M. voulait de la publicité, en vous lisant je crois que cela lui en fait :-).
Jeune M. j'ai été moi aussi surpris des dérives qui ne collait pas avec le respect de la tradition que je pensais trouver en M:. Le travail sur l'égo qui doit être le premier travail qu'un A:. doit
entreprendre à l'aide des outils symboliques qui sont mis à sa disposition ne semble pas avoir porté ses fruits.
La course au chiffre, vouloir être plus gros que le boeuf et distribuer de beaux tabliers ne sont pas des objectifs M:.
J'ai pensé quelques temps que notre R:. L:. était la seule à faire de la resistance passive, mais en montant à Paris pour la première fois je me suis rendu compte que je n'étais pas le seul à
mettre ne garde mes FF:. contre le culte de l'apparence qui semble être maintenant de mise.
Je n'ai rien de particulier contre notre G.M. car je pense, peut-être naivement, qu'il nest pas le seul responsable de ce qui se passe aujourd'hui.
La volonté de contrôler, la soif de pouvoir sont les manifestations de grandes peurs intérieures et de manque de véritable confiance. Le côté positif que je retire de tout cela est que cela
m'apprend à développer la compassion .
Merci à tous ici présent pour ce partage ...


Victor Hugo 22/02/2010 19:15



Merci de ton intérêt pour ce blog.

Victor Hogo