Lettre ouverte au Président de la République

Publié le par Le Myosotis sauvage

 

Ce courrier adressé, comme il se doit, de manière non anonyme par son auteur à son destinataire, nous a été transmis avec autorisation de publication mais sans nom d’auteur, afin de ne pas mettre en avant un contestataire de l’extérieur, parmi tant d’autres.

 

 

Monsieur le Président,

 

 

C’est en votre qualité de gardien des institutions républicaines, que je me permets de m’adresser à vous.

En effet je tiens publiquement à dénoncer une organisation implantée dans tout notre pays et qui, après une histoire honorable depuis sa création en 1913, doit être aujourd’hui considérée comme une secte et dénoncée en tant que telle.

 

Il s’agit d’une association loi de 1901, dénommée GLNF ou Grande Loge Nationale Française.

Mon propos n’est pas de faire de l’anti-maçonnisme primaire mais tout au contraire, saluant et défendant la tradition maçonnique française, d’éviter que l’histoire souvent glorieuse de cette noble institution, ne serve d’appât manipulé par des mains sans scrupules, à des fins sans rapport avec la vocation originelle d’une telle association.

 

En tant que membre actif de la GLNF pendant de nombreuses années, ayant quitté l’association du fait de ses déviances progressives, je vous indique détenir et mettre à la disposition d’une commission parlementaire qu’il importerait de missionner de toute urgence, les preuves :

 

-          que son président actuel a décidé qu’il détenait seul la vérité de l’enseignement véhiculé par la tradition maçonnique, ce qui le qualifiait pour se transformer en gourou, chef spirituel de la secte ;

-          que le fonctionnement institutionnel de ce groupement ne répond plus à la réglementation relative aux principes d’élection et de représentation, applicables en France aux associations ;

-          que les demandes de contrôle des comptes et participations diverses, émanant de certains membres justement inquiets souhaitant un audit indépendant, se heurtent à la volonté de laisser la gestion financière dans la plus profonde opacité ;

-          que le gourou, dès qu’il doit se heurter au moindre signe d’insoumission, réagit par la mise en œuvre, à l’encontre des protagonistes, de manœuvres de déstabilisation psychologique et de discours assassins, n’acceptant que l’allégeance inconditionnelle des membres, et dénonçant les méfaits des institutions démocratiques ;

-          que le gourou poursuit ses représailles en dehors du cadre de la secte, envers ceux qui auraient décidé d’échapper à son emprise, en la quittant ;

-          que toute la communication du gourou et le management de ses hommes de main, visent à une diminution de l’esprit critique au sein des Loges et à une rupture complète avec les références de liberté, de tolérance et de fraternité, qui faisait la vocation et la renommée de cette vieille confrérie ;

 

L’ensemble des points évoqués ci-dessus correspond à ce que le rapport parlementaire sur les sectes, comme tous les travaux des spécialistes en psychologie des groupes, affirment constituer les caractéristiques propres à l’ensemble des sectes : manipulation des règles et des esprits ; enrichissement sans commune mesure avec les besoins administratifs réels ; rupture avec les références éthiques antérieures ; affirmation de l’autorité spirituelle du pouvoir administratif, exigeant une allégeance inconditionnelle des adeptes ; discours dégradants et représailles systématiques immédiates à l’encontre de ceux qui mettent en doute l’infaillibilité du gourou ; rétorsions vis à vis des « traîtres ».

 

Vous n’avez pas donné suite, Monsieur le Président, à l’offre de bons services émanant de ce triste personnage, sacrifiant sur l’autel de son ambition personnelle l’éthique maçonnique. Grand bien vous a pris de ne pas vous être laissé abuser.

Mais il faut aujourd’hui aller plus loin encore, Monsieur le Président, et saisir le Parlement et le ministère de la Justice, du dossier GLNF.

Une enquête officielle, confiée à des membres extérieurs, fera seule toute la lumière sur le détournement d’esprit et de vocation, qui amène ceux qui sont venus chercher la paix des cœurs, à trouver le trouble ; ceux qui sont venus à l’école de la tolérance, se retrouver en milieu totalitaire ; ceux qui sont venus chercher en fraternité un idéal de lien universel, se voir confrontés au sectarisme le plus intransigeant ; ceux qui sont venus apporter leur générosité, se voir délestés sans contrôle réel ; ceux qui sont venus pour permettre un épanouissement de leur personnalité, de se voir broyés par un chef sans foi, sans loi et sans scrupule.

 

La Maçonnerie a beaucoup apporté à la République dans son histoire ; merci, Monsieur le Président, de permettre à la République de sauver l’obédience GLNF en perdition, afin qu’elle revienne à la loi républicaine.

Ce faisant, vous nous permettrez de la ramener ensuite rapidement à sa tradition discrète et fidèle.

Nous serons nombreux à vous en être infiniment reconnaissants. En France et à l’étranger.

 

Vous remerciant d’avoir consacré quelques instants à l’examen de cette requête, je vous assure, Monsieur le Président, de ma plus haute considération.

 

L’Ancien

Commenter cet article