Les chemins de saint Jean… passent à l’Orient de Beaune

Publié le par Le Myosotis libre

 

 Myosotis d

Les Compagnons du Myosotis libre ont été fraternellement accueillis dans la R.L. Loge La Toison d’Or à l’Orient de Beaune, travaillant dans la plus parfaite régularité, pour l’avoir mise à l’abri des désordres et des altérations provoqués par l’actuelle direction profane de la GLNF. 

 

Une Loge entière et fournie, des visiteurs membres ou anciens membres de la GLNF, venus de la région mais aussi de Paris, Cannes ou Perpignan, des membres d’autres obédiences, en accord avec la Charte « Frappez et l’on vous ouvrira », une fraternité de plus en plus épanouie, qui ouvre ses travaux à la Gloire du Grand Architecte de l’Univers, dans l’esprit de l’Evangile qui affirme : « Là où deux ou trois sont assemblés en mon Nom, Je suis là au milieu d'eux ».

 

Le travail du jour porte justement sur la notion, tant invoquée dans les imprécations mais si pauvre en témoignages authentiques, de fraternité. Cette fraternité qui fait lever la tête pour montrer d’où vient le lien qui nous rassemble ; pour établir l’égalité parfaite entre les hommes devant l’amour qui leur est offert par leur Créateur ; pour affirmer la liberté du cheminement spirituel de chaque créature, à travers un accueil permanent sans contrainte, sans impatience, sans condition.

 

Comment donc pouvoir se référer à la Maçonnerie et au GADL’U, en établissant des barrières entre les hommes, en étiquetant avec condescendance des Frères selon ses humeurs et ses critères, en s’estimant supérieur à la masse informe de la basse piétaille que l’on s’arroge pour mission d’éduquer, là où on avait celle de chérir chacun de toute sa fraternité ?

L’histoire apporte son lot de détournements les plus complets de la vocation des institutions, de condamnations implacables au nom du pouvoir temporel et de sa vision du juste et du bien, imposée à tous pour leur plus grand... malheur.

 

L’histoire du jour apporte sa lumière sur l’importance fondamentale de savoir et vouloir  éviter ces dérives récurrentes de l’orgueil humain. L’humilité étant la meilleure conseillère, pour préserver l’authenticité du cheminement de chacun, dans sa quête spirituelle. L’union fraternelle de nos mains dans la Chaîne sonne particulièrement juste ; la circulation de notre aspiration à maintenir sans faillir la tradition régulièrement reçue, resserre cœurs et mains dans un courant dont chacun prend la mesure. Nous avons appris à saisir les signes. Un signe fort s’est manifesté ; il nous guidera pendant longtemps encore.

 

Mes Frères qui avaient peur de quitter vos habitudes, mes Frères qui ne savaient pas où aller, mes Frères qui avaient perdu la foi dans l’Ordre du fait des égarements coupables de l’obédience, une lumière que vous ne soupçonnez pas vous attend ici ou là. Prenez votre bâton de pèlerin, rejoignez les Chemins de saint Jean, un trésor de fraternité s’ouvre à vous. Ayez le courage de vouloir le découvrir, une fabuleuse récompense est au bout.

 

A bientôt donc sur les chemins de saint Jean.

 

Les Compagnons du Myosotis libre

 

 

 

Commenter cet article