Le syndrome du Baobab

Publié le par Le Myosotis libre

Le syndrome du Baobab

Ou de l’obédience… à la déviance sectaire et la lobotomie !


Le Grand Orateur Provincial de Guadeloupe de la GLNF devait prononcer une allocution le 16 octobre dernier. Il en a été empêché par son Grand Maître Provincial qui a modifié sans préavis l’ordre du jour de l’assemblée.
Ce Frère a demandé « d’assurer la diffusion la plus large possible de son allocution afin que les Frères de métropole sachent que malgré le bâillon et les intimidations, il y a en Guadeloupe des Frères debout qui défendent l’idéal de tolérance, de liberté et d’amour de son prochain. ».

Les Myosotis libres relayent volontiers cet appel à la lucidité et la prise en main par les Frères de leur avenir maçonnique :

« …
Ce qui se passe aujourd’hui dans notre obédience doit interpeller chacun de
ceux qui ont entrepris leur démarche initiatique, avec à cœur de s’améliorer
individuellement et de contribuer à construire une société plus juste, plus
tolérante et plus solidaire.

Comment en sommes nous arrivés là ?
Comment est-ce possible qu’il y ait aujourd’hui un tel décalage entre les
actes et les paroles, un tel fossé entre l’exemplarité de comportements
prônés par nos rituels et le comportement réel des frères.
Où sont la justice et la vérité, chose que le franc-maçon doit préférer à
toute autre chose ?

Cette convoitise de la possession des choses du monde a pris le masque et
les apparences d’une gouvernance s’auto glorifiant du support d’une très
incertaine majorité, au mieux désorientée, manipulée, lobotomisée.

Cette sorte de gouvernance endort nos consciences, ramollit nos capacités
d’analyse et de critique.
Elle dégrade nos consciences et nous transforme en une foule de moutons de
Panurge qui trahissent et leurs serments et leurs idéaux pour plaire au
prince, et obtenir ainsi en retour quelques hochets qui satisferont leurs
vanités aussi pompeuses que vaines.

Cette armée d’hommes qui pourtant se déclarent libres, abandonnent leur
destinée à un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge d’assurer leur
jouissance et ne cherche qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance.
Cette sorte de pouvoir est comparable à ce grand arbre africain le baobab
dont l’ombre interdit, tout autour, la vie.

Ce pouvoir aime que ses sujets ne se préoccupent surtout pas de la gestion
de la cité. Il demande seulement à ses sujets de se réjouir, pourvu qu’ils
ne songent qu’à se réjouir.

Il pourvoit à les conforter dans leurs vanités en offrant à tout vent
quelques hochets qui vont contribuer encore à hypertrophier les ego, à
briser et ramollir les volontés déjà chancelantes.

Voilà comment on se retrouve installé dans une communauté à la morale
douteuse, une morale où l’indignation est appelée « mauvais caractère », où
l’expression de ce qui est, est appelée « inconvenance », où tout homme qui
dit non, est décrété « impossible ».

Devons-nous nous laisser aspirer par les abîmes du renoncement ? NON ! NON !
NON !

Gardons espoir. Il est une notion qui reste ancrée au cœur de la majorité de
frères sincères : l’honneur et la dignité.

Oui, il y a de nombreux frères ici et là, parmi nous, qui viennent s’asseoir
sur nos colonnes, faisant preuve de désintéressement et qui préfèrent « les
choses belles et inutiles, plutôt que les choses profitables et
avantageuses ».

Il y a tous ces frères qui placent l’honneur et la vertu au-dessus des
avantages extérieurs du rang et de la fortune et qui cultivent « la poésie
du devoir chère à Alfred de Vigny ».
… »

Blaise Mendjiwa

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

toto le maroki 07/11/2010 20:22



BRAVO a l aise BLAISE§§§§!!!!


Ilfaut savoir direNON


c est ce que fit hiram  a la demande va niteuse metallique et immeritee des 3 mauvais compa&gnons Frere Blaise par ta bouche a souffle L ESPRIT


comme ilya 300 ans lors de la revolte de saint claude


Ilfaut vivre debout Salut a vous Freres de la Guadeloupe


 



Henri De Giovanni 05/11/2010 00:04



Mes BB.AA.FF...


J'ai eu la joie d'assaisonner Monsieur" De Montantin "le censeur ,dans un de mes textes sur le myosotis de septimanie .C'est un personnage abjecte .Qur dire de plus , il n'est pas le seul dans
cette obédience , à se prendre pour le prince .


 Le temps notre Maître à tous fera de lui , une ombre de poussière .


Salutations Fraternelles ...


    


 


 



Le Myosotis libre 05/11/2010 08:25


Tu l'as dit ..... bouffi ...... Salutations fraternelles, Victor


Jean-Pierre Lamon 04/11/2010 11:46



Mais que font donc ces Frères de cette valeur dans ce qu'ils ne perçoivent toujours pas comme un concasseur?



Le Myosotis libre 04/11/2010 12:23


On se le demande mon bon Jean-Pierre..... on se le demande. Victor