Le Myosotis Maine-Atlantique est né

Publié le par Le Myosotis sauvage

Mes BAF npus avons la joie de vous annoncer la naissance de :
Le Myosotis Maine-Atlantique :
http://le-myosotis-maine-atlantique.over-blog.com/
Voici son dernier article publié ce matin :

La Transmission, un jeu ou un enjeu

Notre TRGMP J B explique partout où il passe qu’il faut recruter, fidèle en cela aux consignes de notre TRGM François Cosimo Stifani. On ne peut pas lui demander moins quand même. La main sur le cœur, il nous dit qu’il ne s’agit point là d’une quelconque course à l’échalote avec le GODF… Non ! C’est juste une question de « transmission ». Nous devons trans-met-tre… J’ai tout d’un coup l’impression que l’on me prend pour un petit télégraphiste ! Et les assistants GMP d’en rajouter une couche… Et les Vénérables Maîtres de se voir fraternellement admonestés : alors… ? Alors… ? Traduisez dans le langage des signes de la Maison : tu as combien de profanes à initier ?

 

Notre TRGMP J B explique partout où il passe qu’il faut recruter, fidèle en cela aux consignes de notre TRGM François Cosimo Stifani. On ne peut pas lui demander moins quand même. La main sur le cœur, il nous dit qu’il ne s’agit point là d’une quelconque course à l’échalote avec le GODF… Non ! C’est juste une question de « transmission ». Nous devons trans-met-tre… J’ai tout d’un coup l’impression que l’on me prend pour un petit télégraphiste ! Et les assistants GMP d’en rajouter une couche… Et les Vénérables Maîtres de se voir fraternellement admonestés : alors… ? Alors… ? Traduisez dans le langage des signes de la Maison : tu as combien de profanes à initier ?

 

 

Mais pour transmettre, il faudrait d’abord être certain que l’on ne conduit pas un ami, une connaissance, un collègue de travail dans un piège, une galère voire une sinécure. Et par les temps qui courent j’ai eu quelques refus : « tu ne vas pas m’emmener dans un bordel pareil ! ». Tout est désormais sur la place publique, ce que n’avait pas prévu notre TRGM. Les blogs fleurissent tels des myosotis et la presse ayant pris le relais, même quelques sommités maçonniques osent enfin sortir de leur retraite tel notre TRF Jean Murat. Oui, j’avoue : je n’ai pas envie d’inviter un profane à venir nous rejoindre par les temps qui courent… J’ai honte de ce que représente pour nous et les autres notre TRGM, qui incarne des valeurs bien loin de la maçonnerie régulière.

 

Mais pour transmettre, il faudrait déjà que nous ayons assuré nos propres bases. Le travail en loge est quasiment impossible pour une loge qui va recevoir cette année douze profanes. Vous me direz que les cérémonies d’initiation sont des travaux ! Sans doute, mais combien de fois sommes-nous monter en loge pour entendre une planche de maître en trois ans : jamais ! Bravo ! Personne ne travail son rituel de maître et pourtant, c’est une des clés de notre parcours aux trois premiers grades… Certes je ne suis sans doute pas dans une loge d’excellence, mes Frères doivent être de grands paresseux ou des crasses congénitales au QI des plus réduits, mais ce n’est pas une raison pour ne pas travailler…

 

Transmettre, ce n’est pas bourrer les urnes fussent-elles funéraires… Non, je ne crois pas qu’il soit sain que l’on retrouve en loge tout une équipe du même club service, du même parti politique, de la même paroisse, du même syndicat professionnel… Le recrutement se fait de proche en proche sur la base de son premier cercle, c’est donc normal qu’une loge finisse par ressembler à l’une ou l’autre de ces associations de notre capitale nantaise. Mais justement, ce que j’aime, c’est l’inverse : une loge où les Frères viennent d’horizons différents et alors se découvrent et s’estime… C’est cela la tolérance. C’est moins facile que d’accueillir un Frère qui pense comme moi, mais c’est plus vrai. C’est là que commence l’altérité prônée par Emmanuel Levinas, dans la relation à l’autre que l’autre, celui qui m’est radicalement différent. Et puis cela évite de retrouver en loge les zizanies profanes qui parfois fleurissent dans tel ou tel club, telle ou telle association.

 

Transmettre, oui, mais pas à n’importe qui et pas n’importe comment. Transmettre, c’est d’abord faire passer un message, une connaissance, un idéal de vie, un comportement… et je ne veux pas griller mes cartouches ni trahir des vrais amis : j’attends donc que la GLNF ait destitué notre TRGM François Cosimo Stifani pour n’avoir pas respecté nos lands marks et avoir introduit la politique au sein de notre obédience, avant d’avancer le nom d’un profane et je vous invite à en faire autant. J’appelle solennellement à la grève des recrutements.

 

J’ai dit,

Le franciscain

Commenter cet article

CORTO 19/03/2010 17:05


@ notre TCF Le Franciscain :
Tu as évidemment raison dans tes propos.
J' avais eu la même attitude, en son temps, et certains n' avaient pas hésités à me qualifier "d' ayatollah."
Notre Franc-Maçonnerie de Tradition doit transmettre, qui vient de tradere : à travers et de dare : donner.
Donc transmettre intégralement ce que l' on a reçu. ( si possible intégralement.)
Mais à qui ?
C' est pourquoi tu as raison de poser ces questions fondamentales.
Ce ne sera jamais le nombre qui fera la qualité d' une Respectable Loge.
Geler le recrutement : peut-être ?
Mais jamais avec n' importe qui, pour faire du nombre, donc des capitations !
Mieux serait de bloquer les capitations: c' est à dire toucher à la seule corde sensible du GM, tant nous n' avons pas obtenus toutes les réponses posées le 4 décembre 2009, au Souverain Grand
Comité et au Conseil d' Administration.
( voir les documents sur le blog FMR ).
La principale question étant un audit des comptes de la GLNF par un cabinet indépendant et notoirement bien connu.
Bien fraternellement à toi.
Corto.